Etoile & Smile
Bienvenue sur Etoile-and-Smile =D

Etoile & Smile

Un forum où on parle de tout & de rien...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum a actuellement 3628 jours et 2730 messages. Merci de ta fidélité !

Partagez | 
 

 Le recueil au Pacô...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:46

On va commencer par ceux que je ressors inlassablement. Je suis très peu productif en poème. Je garde évidemment mon inspiration pour le gros pilier de Roman que j'écris en ce moment.
Je posterai quelques passages normalement, mais pas trop. Bref, on est pas ici pour parler de ça.
Ceci est un lieu de poésie, laisser vous enivrer par vos fantaisies dans une partie de folie.
Pour débuter mon recueil, je vous ouvre les portes de notre péché gourmand à beaucoup d'entre nous:

Citation :
Péché Gourmand

Quand son odeur alléchante arrive vers moi,
Il me faut faire face à l’horrible blandice,
Sachant que mes fines rondeurs viennent de là,
Et lutter jusqu’à ce que mon ventre gémisse.

Mes yeux ne sont alors que de vrais projecteurs,
Rivés sur cette délectation maléfique.
Dans mes pupilles, pétille un mauvais bonheur,
Reflétant l’ombre du meilleur feu satanique.

Mon estomac hurle un murmure caverneux,
Déchirant l’assourdissant silence ventral.
Blessante, énorme douleur abdominale,

Je m’inflige une fuite pour ce charme affreux.
Ô perfide Gourmandise, je te bannis,
Toi qui n’as jamais cessé d’hanter mon esprit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asa-senpai
Neko bakette
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 24
Localisation : Dans ta tête
Humeur : Chantante~~
Réputation : 1
Points : 3577
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:49

HMMMMM <3
miam ~~
j'adore y'a pas moyen :p
j'aime vraiment beaucoup!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poussi-chan.skyrock.com
Kaoh'.

avatar

Nombre de messages : 81
Age : 25
Localisation : Vide Intersidéral sidérant.
Humeur : Baaaaad. TT.TT
Réputation : 0
Points : 3588
Date d'inscription : 20/09/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:50

0h, nous avons un sacré poete sur le Fo'. =D
J' aime beaucoup. & puis, ça donne faim.XD What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://T0RTURExME.skyrock.com
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:54

Un sacré poète, moi?
Je ne manie juste que quelques vers, il y a beaucoup mieux rassurez vous.
Pour l'instant je suis plutôt dans mon monde romanesque. La poésie est bien loin de moi.
Bon, on va alterner les comiques et les pas comiques. Voilà un genre de texte qui est assez différent de celui que vous avez vu. Sur sa contenance mais aussi sur sa façon d'être écrit. Vous m'en direz des nouvelles...

Citation :
Décadence d’un esprit…


Je me souviens de cet empire si puissant. Je me souviens de ce territoire si grand. Je me souviens de ce souvenir… Qui se dissimule désormais derrière mon avenir. Ce domaine où j’exerçais un pouvoir absolu, pourquoi aujourd’hui l’ai-je perdu ? Maître incontesté de mon univers reclus, que m’est-il enfin advenu ? Depuis la naissance de ma force, je contrôlais les vastes armées de mes sentiments. Je détenais les clefs de mon fidèle subconscient. Je demeurais le souverain de cette terre déchue. Je domptais avec brio mes idées farfelues. Toute chose semblait à ma merci. Et je déployais toutes mes envies. Partout, je dirigeais sans complexité. Partout, je dictais ma loi avec simplicité. Nul part, on ne me désobéissait. Nul part, on ne me repoussait. Du haut de mon éminente sphère d’argent, je contemplais mon autorité. Et d’aussi bas, je réussissais à contrer quelque peu la fatalité. Autour de moi, j’écoutais ces interrogations murmurées. Et en moi, je jubilais de ma gloire susurrée. Comment se faisait-il que tout me souriait ? Comment tout ce que j’entreprenais, je le réussissais ? J’ai du caractère, me disait-on. Je grimperai les plus hauts sommets sans bâtons. Il est fort, ce sera assurément un grand homme. Il gravira l’échelle sans difficulté en somme. Etait-ce possible que je sois surpassé ? Rien ne paraissait m’affaisser. M’était-il probable un jour de m’effondrer ? Il me faudrait, pour cela, faire face à une intelligence assez madré.
Et ce jour si sombre surgit des ombres, lors d’une époque pourtant ensoleillée. Il ne fallut peu de temps à mon esprit pour m’éveiller. Lui, si observateur, régent de mon empire, avait déjà aperçu la menace. Et il me prévint à maintes reprises de cette crevasse. Pourquoi m’y suis-je alors engouffré comme un vulgaire débutant ? Parce que tout simplement, je n’ai pu considérer le danger à temps. Sûr de moi et de mon autonomie, le grand monarque que je représentais en mon corps méprisa les récits de son génie. Plusieurs fois, ce dernier me lança des conseils avertis. Plusieurs fois, je les repoussais avec acrimonie. Ainsi, je brisais, sans délais, toute mon harmonie.
Plus tard, je m’aperçu de mon erreur. Par tous les moyens, je tentais de réparer cette cruelle horreur. Cependant, les dés avaient été jetés. Et je ne pus retenir les flots qui semblaient m’emporter. Le maître se retrouvait affaibli, le corps se pressa de s’accaparer les pleins pouvoirs. J’observais ces scènes de saisies, particulièrement quand survenaient les soirs. Les premiers signes apparurent quelques mois ensuite. Il m’était encore possible d’opter pour la fuite. Je me laissais pourtant valser sous les larmes. Endurant amèrement les coups de lames. Mon cœur s’emplit de nombreux soucis. Il fut rapidement saturé d’envies inassouvies. Mais une chose bien plus grondante se profilait à l’horizon. J’assisterai à la bataille entre mon âme et ma raison. Mon empire si uni se divisa en plusieurs parties bien définies. La douleur ensevelit peu à peu mon esprit. J’hurlais des ordres féroces à l’égard de mes sujets. Aucun n’osa se tourner vers le maître que j’étais. Tous poursuivirent leur irrémédiable préparation à la guerre. Ils allaient bientôt croiser le fer…
Et moi dans tout ça ? Je perdais pied ici bas. Mes premiers symptômes de faiblesse se dessinèrent lors de ma soudaine hystérie. Je la déversais sans compter par plusieurs séries. Comme si mon corps se décidaient à se vider de toute joie, afin de se battre sur un être désolé de soi. Et je me retrouvai, de ma chair, la proie. Nulle trace de bonheur n’entachait mon âme si pure. Je tombais de mon étoile au fur et à mesure. Une journée de pluie, les premiers coups de feu retentirent. Je n’étais limité qu’à misérablement subir. Je me souviens, j’étais seul à cette époque. Je me cachais du monde, de peur que l’on me retrouve en loque. La guerre civile éclata dans mon esprit. Dépassé, sa démission il me tendit. Il fallait attendre désespérément. Jusqu’à ce que l’âme et la raison trouve un entendement. Mon intelligence se mit au profit du conflit. Et moi, je faisais semblant de vivre ma vie. Je plongeais peu à peu sous les regards des autres. Je souriais, je continuais à faire semblant de m’épanouir. Mais d’aucune gaieté, je ne pouvais en réalité jouir. Je me surpris à troquer ma subtilité malicieuse contre une méchanceté odieuse. J’étais obnubilé par lui. Par ce regard qui me fait dire oui. Ma puissance d’antan avait mystérieusement disparu. Ma liberté virevoltante dans ma conscience s’était faite abattue. J’éprouvais intensivement ce désir… Une envie que je ne saurai décrire… Quitte à oublier tout ce que j’ai bâti. Quitte à déblayer mes splendeurs démolies. Je n’osais plus désormais glisser un regard sur mon être. Où était donc passé mon sceptre ? Celui qui me permettait de rétablir l’ordre en une fraction de seconde. Celui qui me permettait de régenter tout mon petit monde. Quelques fois je distinguais les plaines désolées de mon subconscient, les nuits surtout. Un vent invisible arrachait les fleurs innocentes qui subissaient la rage de mon courroux. Une fois je décidais de rétablir violemment ma domination. Je m’arrachai donc à mes pensées et je détournai toutes mes attentions. Je me forçai à déchirer tous les documents où mon cœur s’était vidé. Et j’obligeai mon être à se changer les idées. J’appelais ce passage l’insurrection de ma condition. Et je me rédigeais en mon for intérieur cette ultime constitution. Combien de temps ai-je tenu avant que ma raison n’agresse mon âme ? Déterminé, je leur envoyai mon blâme. Mais quelques semaines à peine s’étaient écoulées. Ma hantise m’avait rattrapé en quelques foulées. Mes palais, mes citadelles, mes remparts… Tout s’écroulait sans crier gare. Mon soleil lui même déclinait et s’écrasa dans mes douces prairies. Ses rayons mirent le feu à toutes mes envies. Je m’embrasais lentement dans les flammes… Mon cœur se laissa tenter par mon âme. La raison partait en retraite vivement. Elle se replia sur les contours de mon jugement. Encerclant de sa subsistance mon essence décuplée. Ma constitution, l’insurrection de ma condition, elles partirent en fumée. Je fus irradié d’un nouveau sentiment que je ne pouvais contrer. S’emparant de tout mon être, je fus poussé à exécuter ses souhaits les plus concentrés. Je détruisis ma raison d’un geste emphatique de la tête. En maître dominateur, je subsistai désormais en une sotte bête. Mes moindres mouvements étaient dirigés par l’impulsion de mon âme. Et je souffrais, continuellement transpercé par cette lame… Car en effet, l’âme s’était battue pour une cause perdue. Elle avait anéanti mon monde, pulvérisé mes terres déchues. Et tout en gagnant mon corps, elle avait échoué pitoyablement, au bord du précipice. Elle avait elle aussi succombé minablement à ce vice. Tout cela elle l’avait mené lamentablement pour rien. Et mon esprit s’était efforcé de lui faire comprendre pour son bien. Néanmoins, elle continue de courir… Et je me sens peu à peu mourir. Elle a emmené mon être dans une impasse, dans un piège. Et je ne peux me sortir de ce manège… Car je sais qu’aujourd’hui, je ne peux que désirer, d’un trouble sourd. Car jamais, jamais, je ne l’aurai cet amour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asa-senpai
Neko bakette
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 24
Localisation : Dans ta tête
Humeur : Chantante~~
Réputation : 1
Points : 3577
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:55

Est-ce qu'il serait possible d'arreter de me dégouter? xD


C'est magnifique *o*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poussi-chan.skyrock.com
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Sam 18 Oct - 23:55

Tu parles de quel texte là? ôO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoh'.

avatar

Nombre de messages : 81
Age : 25
Localisation : Vide Intersidéral sidérant.
Humeur : Baaaaad. TT.TT
Réputation : 0
Points : 3588
Date d'inscription : 20/09/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:03

N' est pas Poète n' importe qui. & vu ta façon de manier les mots, de leurs donner un tel sens, je peux affirmer que tu en es un.
Très beau texte ici aussi. Je n' vois pas quoi dire d' autre si c' n' est que j' en redemande encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://T0RTURExME.skyrock.com
Montmartre

avatar

Nombre de messages : 16
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:13

Impressionant.
Autant l'avouer : je ne me penche sur tes textes uniquement sur ton site -je me penche rarement sur les textes des autres en fait, encore moins quand j'ai aussi peu de temps qu'en ce moment -__-' -, et je n'avais donc pas lu ceux que tu as mis là. Franchement, je ne regrette pas d'être venue les lire.
Le poème m'a bien fait sourire. Le sujet est humoristique, agréable, et j'ai bien aimé l'utilisation du sonnet, forme que je trouve remplie de grâce, avec un thème un peu décalé. Cela donne un mélange que j'ai bien aimé.
Ton texte, ensuite, est très bien construit, très bien écrit. Je trouve la fin belle, douce et dure à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:18

Pourtant, je ne l'aime pas ce texte... Me ressemble t-il trop? =/
J'en suis venu à un point que je n'ose même pas le relire, ni jeter un regard. Ces mots me font juste trop peur...
Bref. Bientôt je mettrais un truc plus drôle hein =D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montmartre

avatar

Nombre de messages : 16
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:25

J'aime ce qui est drôle ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:30

J'espère alors que ce poème te fera sourire. Il n'a pas encore de titres, et peut être n'en mettrais-je jamais. Avis aux amateurs de calembours Wink.

Citation :
Dans mon beau palais, je suis le roi des pas laids,
On y trouve pourtant des pas beaux dans mon château,
Derrière des rideaux pas beaux, se cachent des népalais,
Mais ils sont pas d'origine de mon palais, ils sont juste pas pas beaux.

Dans mon beau palais, y'a des laids pas beaux,
Mais il n'y a pas vraiment de pas beau lait,
Parce que dans mon palais, on est pas que beau
J'parie que vous croyez que j'vous mène en bateau,
Mais faut arrêter de pas laisser s'exprimer les pas laids
Sous prétexte qu'ils ne sont pas pas beaux dans mon palais,
Allez pas me dire que vous aimez pas les pas laids?
Parce que je sais que les pas pas laids, y sont pas dans mon palais.

Dans mon beau palais, on voit toujours des beaux balais,
Mais là où y'a des beaux balais, y'a pas toujours des beaux palais,
Et là où on trouve des laids balais, il peut y'avoir des palais,
Mais vous ne trouverez pas de népalais avec un laid balai dans mon palais.
Avec mes balais dans mon palais, les beaux sont en haut,
Parce que les hauts laids, ça ne se voit que dans l'arène des taureaux,
Et dans mon beau palais, on préfère les rots tardifs qui sont plus beaux
Que les rots de toto qui ne sont pas très tôt dans les palais pas beaux.

Pour pas laisser mon palais sans un beau fin mot,
Je dirais que dans mon palais où se cachent des népalais,
On ne voit que des beaux balais, et en bas des laids pas beaux,
Et que je n'aime pas que les pas que beaux, puisque je ne suis pas népalais,
Donc les beaux pas laids et les laids pas beaux sont tous invités dans mon château,
Dans mon palais avec ses népalais qui balaient avec des beaux balais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montmartre

avatar

Nombre de messages : 16
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:48

XD Tu as dû (dut ?) t'amuser à écrire ce texte ! Franchement, il est tout simple, il n'a pas un sens très sérieux (pas sérieux du tout même), et pourtant j'adore. J'étais tellement morte de rire devant mon ordinateur, à te lire parler de pas beaux et de népalais dans ton palais. Ces jeux de mots sont simples, mais marrants.
En tout cas, ça m'a bien plu. Peut-être parce que je suis crevée et que je ris plus facilement quand je suis fatiguée.

Citation :
Parce que les hauts laids, ça ne se voit que dans l'arène des taureaux,
Si tu avais vu ma tête quand j'ai lu ça -__-' ! Ce jeu de mot là, il fallait l'oser. Je me suis mise à pouffer comme pas possible.

En tout cas, de façon générale, j'aime (quoique l'histoire des rots de toto m'a semblé un peu beurk beurk, mais je suis pas le genre à raffoler de ce genre d'humour).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 0:58

Thank's.
Oui, celui là c'était dans ma période Happy, pendant un séjour chez un pote ^^'.
Autant dire que je m'en suis donné à cœur joie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline
Tata SmiSmi x3
avatar

Nombre de messages : 453
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : (。◕‿◕。)
Réputation : 0
Points : 3619
Date d'inscription : 22/08/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 10:18

Bravo l'artiste, t'écris super bien. Ch'uis d'accord, t'es un sacré poète, ça se voit rien qu'en lisant les premières lignes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://graphy.forumactif.org
Pacô

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Réputation : 0
Points : 3560
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   Dim 19 Oct - 11:58

Ce ne sont pas les premières lignes qui font le poète Razz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le recueil au Pacô...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le recueil au Pacô...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recueil de chansons écolos...
» "Un p'tit recueil pour leurristes et..."
» Pont de pacé (35) pass'
» RV ---) 10km de Pacé
» Seb35 ►►► 10 km de Pacé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoile & Smile :: Le coin des artistes. :: La bibliothèque.-
Sauter vers: